ere du verseau
Ere du Verseau
L’accompagnement en Astrologie du Tao
et autres arts divinatoires
 
 
L’accompagnement est le chemin par lequel l’être fait l’expérience de sa transformation
Pour aller vers ce qu’il n’est pas encore, il doit passer par ce qu’il n’est pas encore
Le thérapeute est la vigie qui l’empêche de s’égarer
 
 
Pourquoi l’accompagnement?
 
C’est le prolongement logique de la consultation
L’accompagnement permet à l’être de disposer du soutien nécessaire pour effectuer le chemin de sa transformation lorsqu’il a décidé de passer à l’action. Il est le prolongement logique de la consultation, car une fois les informations reçues et approuvées, il faut commencer de passer à l’action. C’est cela la véritable épreuve.
La transformation nécessite de passer dans des expériences souvent inconnues et incertaines car nous sommes quotidiennement cantonnés dans un connu proche qui nous rassure mais ne nous apporte pas ce que nous cherchons.
 
La transformation de l’être n’est réelle qu’après l’acte fondateur
La peur ou le refus du nouveau que nous cherchons, est d’abord projeté soit dans l’émotion d’un rêve jamais acté, soit dans le mental d’un projet virtualisé toujours repoussé, soit encore dans une jalousie, une convoitise, une envie envers ceux qui, eux, sont passés à l’acte. Gérer les conséquences de cette peur ou de ce refus lors du passage à l’acte du changement est délicate car tous les prétextes qu’on a mis en avant pour ne pas le faire dans le passé remontent à la surface : c’est trop tôt, je ne suis pas prêt(e), c’est bon pour les autres, mon père m’a toujours dit que je pourrais pas le faire, je ne trouverai aucune aide dans cette société égoïste, c’est trop dur sans un partenaire, je vais devenir dépendant, etc., etc.
Constater que ces freins sont là, qu’on parle beaucoup mais sans action, menacent l’estime de soi, renforcent le sentiment d’infériorité, programment l’échec. On rencontre en général aussi à ce stade là l’incompréhension des autres pour qui cette transformation ne fait pas partie de leur destin, la critique, voire la franche opposition des amis ou des collègues ou des membres de la famille, qui se sentent remis en question et même en cause par nos initiatives nouvelles et nos changements.
 
La plupart des voyageurs en terre inconnue disposent d’un «accompagnateur »
Le thérapeute connaît tout cela par son vécu, il est passé par là, il a l’expérience de toutes ces difficultés, les ruptures d’amitié, et autres coups tordus, il a une infinie patience face aux hésitations, aux reculs, aux fuites, aux échecs, et une grande joie des petits succès qui annoncent les grands,  des réussites flagrantes. Il apporte alors la constance, la patience, la compréhension des portes karmiques, l’explication des difficultés, le soutien si précieux dans ce cas, la disponibilité, des moyens de protection, de fluidification des circuits énergétiques, émotionnels et mentaux pour surmonter les épreuves du cheminement sur le sentier, des outils d’orientation avec les arts divinatoires. C’est ce que recevait le disciple dans les étapes de l’initiation.
 
L’accompagnement manifeste l’interdépendance
Quelques uns croient qu’être « accompagné(e) » représente une dépendance. Bien sûr personne n’est obligé de le faire. Celui qui se noie est-il dépendant de son sauveteur ? Préfère-t-il être noyé que dépendant? Il s’agit beaucoup plus d’interdépendance. Au sein de la totalité, nous sommes tous interdépendants les uns des autres. Celui qui ne comprend pas ou refuse cette interdépendance construit des états d’ego de supériorité ou d’infériorité, de compétition ou de fatalité, et se coupe des autres.
 
L’accompagnement protège et libère
L’accompagnement rassure (c’est ce dont témoignent ceux qui le suivent), représente un garde-fou évitant les méprises, les difficultés liées aux doutes, aux fausses croyances…Quand les premiers succès arrivent, vous vous emparez réellement des outils…Les épreuves passées sont comprises comme les portes indispensables du succès présent
 
 
Exemple
 
 
Comment ?
L’accompagnement se fait selon un rythme décidé par la personne, en moyenne une fois par mois. Au cours de ces séances d’1h30, les tarots, les runes, les nombres, le pendule,  sont utilisés pour répondre à des questions ciblées éclairant un travail à faire selon sa destinée. L’accompagnement est court ou long selon les besoins et la demande de la personne. Il peut cesser à tout moment. L’être dispose toujours de son autonomie.